10 février 2020

Le commerce de détail aujourd'hui : une infinité d’opportunités de carrière

Malgré son évolution rapide ces dernières années, le secteur du retail - également appelé commerce de détail - est sous pression. On ne compte plus le nombre de magasins qui mettent la clé sous la porte, en Belgique comme aux Pays-Bas. Les rues commerçantes se vident. Certains parlent même de crise. Le pouvoir d’achat et l’envie d’acheter seraient-ils en chute libre ? Absolument pas. La demande n’a probablement jamais été aussi élevée. Et la demande de talents commerciaux atteint elle aussi des sommets. Nous nous trouvons donc face à un secteur qui déborde d'innovation, offrant des possibilités d'emploi et de carrière aussi nombreuses qu'inattendues. Jugez par vous-même !

Secteur en évolution constante

Les évolutions rapides caractérisent on ne peut mieux ce secteur. À cet égard, les boutiques en ligne sont souvent les premières à être évoquées. Presque tout le monde effectue des achats en ligne et se fait livrer - très facilement - à domicile, au travail, dans un point de vente bpost... De sorte que nous n’imaginons plus la vie sans l’e-commerce.

Et tout le secteur est touché. Les magasins physiques sont donc (par exemple) moins nombreux, mais également plus agréables. Dans les boutiques, le client est en effet totalement immergé dans l’atmosphère de la marque. L’expérience client - ou customer experience - est désormais une priorité. L’Experiential retail, comme on entend parfois.

Il est intéressant de noter que de plus en plus de commerçants créent cette même expérience à tous les niveaux. De la publication sur Facebook à la cabine d’essayage branchée en magasin : l’on ne compte qu’une seule et même expérience d’achat. Le maître mot ? #Omnichannel !

Le comportement actuel des consommateurs va tout à fait dans ce sens.

Acheter en s’amusant dans les boutiques physiques, d’accord ! Mais le shopping ne se limite plus aux heures d’ouverture. Il se fait en ligne, 24/7. Le consommateur choisit et achète lorsque cela lui convient, même en pleine nuit en cas d’insomnie. Et dès qu'il a terminé - quelques clics plus tard - il souhaite recevoir ses articles le plus rapidement possible. La livraison rapide est donc le grand défi par excellence. Le client veut aussi pouvoir renvoyer facilement l’article s'il ne lui convient pas. La comparaison des prix n'est elle aussi plus qu'une question de secondes. Conséquence : davantage de pression sur les prix.

Grandes chaînes & boutiques spécialisées

Ce qui nous amène à cette autre tendance du retail : la mondialisation. Partout, les chaînes et marques internationales ont les devants. Il s’agit souvent de grandes marques qui le deviennent de plus en plus. Leur pouvoir d’achat leur permet de baisser les prix au maximum et de proposer de bonnes affaires chaque semaine. Ce qui, pour les petites boutiques spécialisées, est (nettement) plus difficile. La créativité et l’originalité sont donc une évidence pour ces petites boutiques - bien plus que pour les grandes chaînes. Les boutiques éphémères testent de nouveaux concepts. Le service personnalisé permet aussi aux boutiques spécialisées de se différencier. (À cet égard, l’e-commerce est toujours à la recherche de solutions techniques, via les chatbots par exemple.)

Chatbots. Retail IT. Cela nous amène au point suivant : les données. Elles constituent probablement l'une des principales pierres angulaires de la croissance du commerce de détail. Des données pour stimuler les ventes, des données pour les outils aidant les détaillants à mieux comprendre le comportement des clients, à récompenser la fidélité et à multiplier les moyens de communication personnalisés. Ces données sont recueillies par leurs soins, mais proviennent aussi du « big data » (informations sur de très grands groupes de personnes) et de l’intelligence artificielle.

Tous ces éléments confondus en font donc un secteur dynamique, moderne et plein de défis.

À l’heure actuelle, les clients qui entrent dans une salle d’exposition ont généralement fait de nombreuses recherches préalables sur Internet. Ils en savent plus qu’autrefois. Les prix ? Ils les trouvent partout. Ils voient quelque chose qui les attire, veulent l’obtenir et cherchent une confirmation. Vous devez en être conscient lorsque vous les rencontrez. Mon rôle consiste principalement à conseiller.
Didier, conseiller commercial/vendeur salle d'exposition

Plus d'opportunités de carrière que vous ne l'imaginez

Ce secteur sous pression, en pleine évolution, peut-il encore offrir des opportunités d’emploi ? Peut-on encore y construire un avenir ? Aussi étonnante soit-elle, la réponse est oui, absolument. Si l’on oublie certaines idées préconçues telles que :

  • « Il suffit de bien présenter pour réussir comme vendeur m/f dans le détail. »

Bien sûr, avoir du charisme est un atout. Mais aujourd'hui, le client attend plus de votre part. Comme de l’empathie pour ses souhaits, des conseils crédibles (et avisés) ou encore une confirmation convaincante que son choix est le bon.

Votre employeur peut aussi se montrer plus exigeant à votre égard et vous confier un plus vaste éventail de tâches. Vous êtes alors impliqué de A à Z dans l’entreprise comme dans le produit, ce qui vous apporte également plus de satisfaction.

Un physique avantageux ne peut donc pas être votre seul atout. La flexibilité est un autre exemple. Le commerce de détail vit grâce aux jours d’affluence où de nombreux clients se succèdent (parce qu'il y en a d’autres). Et vous devez être là aussi. À 100 %.

Ma journée de travail ? J’arrive, je jette ma ‘sacoche’ dans un coin et c'est parti. Je travaille chaque jour de 9 à 18 heures. Le samedi, j’arrête vers 16h. J’ai besoin de déconnecter. Ça aussi, c'est important. Le lundi, je fais une pause.
Anne-Lise, Vendeuse technique de cuisines
  • « Le retail, ce ne sont quand même que de simples vendeurs et vendeuses, non ? »

Ces vendeurs et vendeuses sont extrêmement importants pour le commerce de détail. Mais le secteur offre aussi toute une série d’opportunités pour d’autres profils, peu ou hautement qualifiés. Peu de secteurs offrent autant de types d’emplois différents. 

Offres d’emploi courantes dans le commerce de détail :

  • Acheteurs (aident à constituer la collection)
  • Collaborateurs logistiques et coordinateurs entrepôt
  • Vendeurs sous diverses dénominations de fonction : account manager / représentant, conseiller commercial, vendeur en magasin ou en salle d’exposition, vendeur technique...
  • Spécialistes financiers
  • Personnel administratif tel qu’employé commercial, collaborateur au service clientèle...
  • Pression sur les prix, pression sur les salaires ?

Dans un secteur sous pression, les salaires sont parfois également affectés. Mais un éventail de tâches plus large permet aussi un salaire décent. Et d’excellents résultats de vente peuvent aussi vous apporter des avantages supplémentaires.

De manière générale, la demande en talents commerciaux n’a pas diminué, au contraire. Si vous parvenez à nouer de bonnes relations avec vos clients et à enregistrer de bons résultats, vous disposerez d’une base solide sur laquelle vous pourrez vous appuyer pour négocier votre rémunération.

  • Sans expérience dans le secteur du détail, inutile de postuler, n'est-ce pas ?

L’expérience est généralement un atout. Mais l’expérience « dans le secteur » n’est pas toujours indispensable. Un partenaire de carrière tel que Vivaldis commencera toujours par regarder votre personnalité. Votre état d’esprit et votre motivation. Les aptitudes et compétences que vous avez développées dans vos anciens jobs. Y compris dans un autre secteur. En fonction de ces différents éléments, vous pouvez parfaitement convenir pour votre prochain job.

Secrétaire. Réceptionniste. Planificatrice des transports. Tous mes emplois précédents m’ont appris beaucoup d’aptitudes nécessaires pour effectuer mon job actuel dans la vente. J’ai appris à être présentable en travaillant dans l’accueil des clients, à savoir comment réagir dans certaines situations (parfois mouvementées)... La planification des transports s’est avérée l’expérience d’apprentissage la plus intensive. Aujourd'hui, toutes ces expériences me sont utiles dans mon rôle d’employée commerciale.
Sarah, Employée commerciale

Évolution : the sky is the limit ?

Chaque emploi est précieux, en tant que maillon de la chaîne de vente au détail. Mais vous pouvez aussi évoluer vers plus de responsabilités, vers plus de direction, vers plus d'implication... Le détail est un secteur qui offre de nombreuses possibilités d’évolution. Grimper les échelons professionnels et obtenir une promotion ? C'est tout à fait possible !

Du remplissage des rayons au poste de CEO d'une chaîne : rien ne peut vous arrêter. Les échelons à gravir sont les suivants :

Collaborateur rayon >

→ vendeur / caissier >

→ assistant-chef de filiale / assistant store manager >

→ chef de filiale / store manager >

→ district manager >

→ sales manager >

→ directeur commercial

→ CEO

 

Les diplômes d’études supérieures sont moins importants que les connaissances commerciales, la passion du métier et le talent pour attirer, convaincre et satisfaire les clients. Ces derniers doivent être satisfaits au point d’en parler à qui veut l’entendre.

Il n’existe pas de formule magique. Chacun a sa propre manière vendre et perçoit le sens du commerce différemment, en fonction de sa personnalité.

Mais aimer le contact avec les gens, être communicatif, viser de bons résultats et - pourquoi pas - avoir de l'ambition, sont autant de caractéristiques qui vous aideront à décrocher un bon poste dans le commerce de détail.


Articles récents