07 janvier 2020

« Un planificateur des transports doit être très réactif, et cela me plaît énormément ! »

Comment se retrouve-t-on planificateur des transports après des études artistiques ? Sur les conseils d'une amie, Melissa a commencé à travailler dans le transport ferroviaire de marchandises. À sa grande surprise, ce job lui a beaucoup plu et, aujourd'hui encore, elle organise au quotidien les journées de travail d'environ 90 chauffeurs d'autobus. Et elle se défend plutôt bien dans un monde d'hommes ! Même quand la tension monte.

Les chauffeurs et les autobus du groupe Waaslandia roulent pour De Lijn dans le Waasland, du Linkeroever jusqu'à Lokeren. C'est grâce à la planification de Melissa (29 ans) que tous les « services » sont assurés, par équipes, de 4 h 30 à 1 h. Quand on lui demande ce qu'elle fait exactement, elle répond : « J'organise des journées de travail ». Un travail de bureau qui implique pas mal de défis. En tant que planificateur des transports, elle est également planificateur du personnel pour un système d'équipes composé actuellement de 88 chauffeurs.

Je fais en sorte que chaque service soit assuré quotidiennement et que le chauffeur ait toujours quelqu'un vers qui se tourner, même la nuit. Il arrive que la tension monte, c'est vrai. Mais c'est ce que je cherchais aussi !
Melissa, Planificateur des transports

Une femme dans un monde d'hommes

Pratiquement 90 % des chauffeurs sont des hommes. Arrive-t-elle à s'affirmer ?

« Oui, il faut pouvoir se défendre. Mais j'y parviens. Pour moi, la règle, c'est “donnant donnant”. Et ils le savent bien. Si on fait beaucoup pour moi, je donne beaucoup en retour. C'est ça l'idée. Il faut que ça vienne des deux côtés. Comme je l'ai dit, je suis planificateur des transports, mais aussi planificateur du personnel. Mon job concerne surtout des gens. Il faut le sentir. »

C'est un jour férié. Beaucoup de chauffeurs sont en congé et on manque de personnel. Un message est envoyé à tous les chauffeurs pour venir travailler. Une personne s'est présentée le jour même. Ouf, problème résolu ! Et puis, il s'est avéré que quelqu'un était déjà là. On y repense encore souvent.
Melissa, Planificateur des transports

Le stress ? Sa passion !

Au bureau, elle travaille au sein d'une équipe, petite mais soudée, où règne une synergie parfaite. Elle collabore la plupart du temps avec le back-up planner, le service des salaires et l'administration. Les relations sont excellentes. Quelles sont les qualités requises pour être un bon planificateur ? 

« Il faut évidemment être résistant au stress. Je cherchais un job qui me confronte à plus de défis et qui demande une grande réactivité. C'est ce que j'ai trouvé ici. Il peut toujours y avoir un pépin, il arrive que les choses se passent différemment. 

Mais une fois que le service est terminé, il faut appuyer sur le bouton et pouvoir oublier la tension de la journée. Moi, j'y arrive. »

Travailler dur pour quelque chose dont on se fiche, c'est du stress. Travailler dur pour quelque chose qu'on aime, c'est de la passion.
Melissa, Planificateur des transports

« Un planificateur des transports doit savoir bien utiliser un ordinateur. Les programmes s'apprennent sur le terrain. J'utilise principalement Excel ainsi que le logiciel de planification développé par notre service informatique. La connaissance de langues étrangères n'est pas tellement importante ici. Par contre, quand je travaillais comme planificateur pour le transport de marchandises, une connaissance de l'allemand était requise. Cependant, une communication claire est toujours importante. Entre autres parce qu'on a parfois affaire à des personnes qui parlent une autre langue. »

Ce n'est pas toujours évident de réagir face à certains caractères. Le tout est de rester calme et de garder la tête froide.
Melissa, Planificateur des transports

La logistique: un secteur étonnamment chouette 

Comment Melissa s'est-elle retrouvée à ce poste ? 

« C'est une histoire très particulière ! J'ai d'abord travaillé dans le transport ferroviaire de marchandises, au dispatching et au planning. Le choix de la logistique n'était pas délibéré. J'avais toutefois une amie qui travaillait dans ce secteur avec plaisir. Et cela m'a plu énormément aussi

J'ai vraiment regretté de devoir quitter ce poste pour des raisons économiques. Je voulais retrouver un job similaire ! Après trois semaines, je me suis retrouvée ici via Vivaldis Interim. Nous venions d'acheter une maison, autant dire que ce travail était le bienvenu ! » 

Pour quelles raisons a-t-elle été attirée par un job de planification dans la logistique ? 

« Pour résumer, je cherchais un job de bureau très diversifié, qui ne comportait pas seulement des tâches administratives. J'étais à la recherche d'un défi. Être confrontée à de nouveaux problèmes chaque jour et faire preuve de réactivité, c'est ça qui m'attire. Quand je suis venue chez Waaslandia pour un entretien, on m'a donné de bonnes explications. Et j'ai été engagée. Mon expérience dans la logistique y a été pour quelque chose. »

Elle ne pourra jamais y arriver, devaient-ils se dire. Mais ça a marché.
Melissa, Planificateur des transports

Horaires flottants

Quand Melissa a été engagée, elle venait d'acheter une maison. Entre-temps, elle a eu un enfant qui fêtera ses deux ans en février. Et le numéro 2 est en route. Comment combine-t-elle un job prenant et sa famille ? 

« Grâce à la flexibilité. Nous avons des horaires flottants. En d'autres termes : les heures auxquelles nous travaillons ont moins d'importance que le fait de bien faire son travail. Nous avons des gardes le soir, après les heures de bureau, étant donné que les services ne se terminent qu'à 1 heure du matin. Je m'en occupe toutes les deux semaines. Les collègues se chargent des week-ends. Pour le reste, je n'habite pas loin et ne suis pas confrontée à des embouteillages. C'est donc parfait ! » 

Pour l'instant, Melissa n'a pas l'ambition d'évoluer dans l'entreprise, bien que celle-ci soit en pleine expansion. En effet, elle a repris récemmentPresent Cars  et a encore beaucoup de projets d'avenir. Des autocars supplémentaires, des clients supplémentaires, un service supplémentaire, du travail supplémentaire.La communication avec les responsables est excellente. Elle pourrait ambitionner de devenir responsable de dépôt mais, pour l'heure, elle a suffisamment de défis à relever avec son job actuel et sa famille qui s'agrandit.

Il y a beaucoup d'emplois dans la logistique et Vivaldis Interim ouvre des portes.
Melissa, Planificateur des transports

Au final, il s'est avéré que la logistique convient à merveille à quelqu'un qui n'a pas fait d'études pour travailler dans un bureau ou être comptable. Qui l'aurait imaginé ? Certainement pas Melissa. 

« J'ai un diplôme de l'enseignement secondaire artistique. J'adore peindre, sculpter, dessiner... mais je ne peux pas vraiment en vivre. Plus tard, quand les enfants seront grands, le moment viendra peut-être de choisir quelque chose de créatif. 

En attendant, je suis très heureuse comme ça. »